Sometimes I write things, sometimes I don't.

To content | To menu | To search

Saturday 25 June 2011

Apache 2 : mod_macro

internet.pngIl y a des logiciels, des outils, des modules ou on sait directement que l’on ne pourra plus s’en passer. Soit parce que c’est génial et révolutionnaire soit par ce que c’est très pratique et qu’il fallait y penser. C’est exactement ce que je me suis dis en découvrant le mod_macro pour Apache 2. Il y a quelques semaines je ne soupçonnais par l’existence d’un tel module. On m’en a parlé, j’ai laissé mariner et puis j’ai finalement mis la main à la pâte. Et là j’en ai eu la larme à l’œil. Combien de fois je me suis arraché les cheveux sur ma configuration de Apache, combien de copier/coller de virtual hosts j’ai fait… Avec mod_macro tout ça c’est terminé.

Pour résumer, ce module permet de factoriser sa configuration de Apache. On définit des macros puis on les appelle un peu comme les fonctions avec un langage de scripts. On peut faire des macros pour plus ou moins tout ainsi en organisant bien son système et en sachant factoriser sa configuration correctement on peut grandement se simplifier la vie.

Pour installer le mod_macro sur Debian et dérivées, rien de plus simple :
# aptitude install libapache2-mod-macro
# a2enmod macro


Ensuite, il s’agit de ne pas faire n’importe quoi. Afin de gérer mes macros, j’ai créé un fichier macro.conf dans le répertoire /etc/apache2/conf.d/ qui est chargé au démarrage de Apache. Comme je l’ai dit précédemment, on peut se servir des macros pour faire énormément de choses donc je n’aborderai pas tout ici.

Admettons que nous disposons des 2 hôtes virtuels suivants (exemple bidon mais c’est pour montrer le principe) :
<VirtualHost [ipv6]:80 ipv4:80>
  DocumentRoot /var/www/toto
  ServerName   toto.domaine.tld
  ServerAlias  toto.domaine.tld
  ServerAdmin  admin@toto.com

  ErrorLog     /var/log/apache2/toto_error.log
  TransferLog  /var/log/apache2/toto_access.log
</VirtualHost>


<VirtualHost [ipv6]:80 ipv4:80>
  DocumentRoot /var/www/titi
  ServerName   titi.domaine.tld
  ServerAlias  titi.domaine.tld
  ServerAdmin  admin@titi.com

  ErrorLog     /var/log/apache2/titi_error.log
  TransferLog  /var/log/apache2/titi_access.log
</VirtualHost>


Il y a quand même pas mal de points communs entre ces 2 hôtes virtuels. Imaginez s’il y en avait 20 comme ça, la configuration devient vite lourde à gérer. Avec une seule et unique macro on va bien se simplifier la vie. Dans le fichier /etc/apache2/conf.d/macro.conf on écrit donc la macro suivante :
<Macro Domain $sub $domain $root>
  DocumentRoot /var/www/$root
  ServerName   $sub.$domain
  ServerAlias  $sub.$domain
  ServerAdmin  admin@$domain

  ErrorLog     /var/log/apache2/$domain_error.log
  TransferLog  /var/log/apache2/$domain_access.log
</Macro>


Vous voyez le principe. On regroupe les éléments communs aux hôtes virtuels pour les mettre dans une macro qui s’appelle Domain et qui prend 3 paramètres sub, le sous-domaine à utiliser, domain, le domaine à utiliser, et root le répertoire où se trouve les fichiers à rendre disponible sur le web.
Le fichier contenant les virtual hosts peut alors se simplifier en :
<VirtualHost [ipv6]:80 ipv4:80>
  Use Domain toto domaine.tld rep_toto
</VirtualHost>

<VirtualHost [ipv6]:80 ipv4:80>
  Use Domain titi domaine.tld rep_titi
</VirtualHost>


L’utilisation de la macro se fait avec la syntaxe très script-like Use NomMacro [paramètres]. Il faut impérativement donner tous les paramètres à la macro sans quoi la vérification de la configuration échouera.

L’exemple d’utilisation donné ici est simple mais on peut faire des choses plus complexes en utilisant des macros dans d’autres macros, etc… Il faut juste trouver la configuration qui convient le mieux pour son serveur. En tout cas je ne me séparerai plus du mod_macro que je trouve vraiment intéressant pour gérer les hôtes virtuels (chose que je trouve très ennuyante).

Monday 18 May 2009

La version 1.0 alpha 1 de Fennec sur Windows Mobile

Mozilla a mis à disposition depuis peu de temps la version 1.0 alpha 1 de son navigateur mobile pour les appareils utilisant Windows Mobile 6. Ce navigateur nommé Fennec viendra donc concurrencer autres déjà présents sur le marché comme Internet Explorer, Opera, etc...

Disposant d'un mobile qui tourne avec le système d'exploitation de Microsoft, je me suis donc lancé dans un test du nouveau navigateur. Comme il est encore en stade d'alpha, il faut donc l'utiliser avec précaution car il est susceptible de bugger et d'être lent (ce qui est le cas). Il a été testé (par les développeurs) sur un HTC Touch Pro, quant à moi, je l'ai fait tourner sur mon HTC Diamond. Pour télécharger l'installateur en .cab ça se passe par ici.

Après avoir installé Fennec, on remarque une nouvelle entrée dans le menu des applications. Elle permet alors de lancer le navigateur. Dès son lancement, on a un avant goût de la lenteur de l'application car elle prend une bonne trentaine de secondes pour démarrer.

Une fois opérationnel, on tombe sur la page d'accueil qui nous montre deux petites astuces pour se servir du navigateur.

La première est un glissement de la gauche vers la droite en partant du bord gauche de l'écran pour faire apparaître la liste des onglets et la seconde et un glissement de la droite vers la gauche en partant du bord droit de l'écran pour faire apparaître les boutons de marques-pages et de préférences.

   

Ces deux fonctions permettent entre autres de garder un maximum de place pour la zone d'affichage tout en gardant les fonctionnalités principales du navigateur Firefox. Les deux premiers boutons du dessus permettent de gérer les marques-pages.
   

Les deux autres correspondent respectivement aux boutons "Précédent" et "Suivant". Bien entendu, il est également possible de télécharger des fichiers avec le navigateur.

Mais comme un grand navigateur web, on peut également le personnaliser grâce à ses quelques options et à son système d'add-ons déjà disponibles.
   

En conclusion, c'est beau, c'est déjà bien organisé et simple d'utilisation. En revanche, c'est lent, ça mange pas mal de ressources (surtout en RAM), ça n'utilise pas encore l'accéléromètre mais c'est tout de même un bon début de plus je suis certain que les problèmes de jeunesse du navigateur ne tarderont pas à être traités et corrigés. On peut donc espérer avoir, d'ici quelques temps, un navigateur web stable et performant comme Mozilla a l'habitude de nous donner avec Firefox.

Tuesday 18 November 2008

Transmission, Clutch et Ubuntu Server

Depuis un paquet de temps maintenant, j’ai une Dedibox sous Ubuntu Server (actuellement en version 8.04 LTS). Comme je dispose d’une bande passante de 100 Mbit/s et qu’elle n’est pas exploitée au mieux possible, j’ai trouvé intéressant d’en faire profiter quelques utilisateurs des réseaux P2P (torrent). Attention, pas de tipiakage, je reste dans les bornes de la législation. Je compte entre autre participer au seed de notre distribution favorite, de la suite bureautique OpenOffice.org, et j’en passe. N’ayant pas d’interface graphique (pas de serveur X), je me suis immédiatement tourné vers une solution utilisant Transmission (sans l’interface GTK) et Clutch, son interface web dédiée. Comment j’y ai pensé ? J’ai relu ce billet.

Continue reading...

Saturday 1 November 2008

Les stats d'octobre

On me les a demandé alors je les donne, de manière plus light que la dernière fois car il y a un peu plus de données que pour le mois de septembre. Voici les statistiques du mois d’octobre du blog. Va-t-on faire un rendez-vous mensuel pour ça ? Alors que certains d’entre vous fêtent Halloween, d’autres surfent sur la toile…

Comme le dirait le PDG d’une société, c’est bien tout progresse ce qui n’est pas trop le cas de manière générale à l’heure actuelle. Mais bon restons-en à notre petit coin du web.

Le nombre de visites est donc à la hausse avec un total de 688 visites contre 546 le mois derniers soit 142 en plus. Quelques 137 recherches dans les moteurs spécialisés vous ont conduites jusque ici. 16 autres sites web ont également contribué au nombre de visites. Firefox 3.0.x est toujours en tête des navigateurs les plus utilisés avec un score de 294 visiteurs (uniques) suivi de loin par Internet Explorer 7 qui en comptent 34. La plupart des visites se limitent à une trentaine de secondes mais je remarque aussi que environ 80 visiteurs sont restés plus de 15 minutes. Le créneau horaire apportant le plus gros lot de personne est le 19h-20h avec un total de 55 visites suivi de près par le 18h-19h avec 50 visites. Bref, je vais m’arrêter là, pas la peine de tout détailler, les principaux chiffres sont donnés.

Merci encore aux visiteurs fidèles car je sais qu’il y en a mais aussi aux autres qui ont l’occasion de revenir de temps en temps pour une astuce ou une information. Je sais maintenant que ce petit blog a son utilité.

@ une prochaine fois.

Tuesday 7 October 2008

Transmission, interface web

Transmission est un excellent et très complet client torrent léger et mutli-plateforme écrit en C utilisant une interface GTK. C’est aussi le client qui est intégré de base dans Ubuntu. Jusque là rien de bien méchant ni d’exceptionnel. J’ai découvert récemment que l’on pouvait contrôler Transmission via un simple navigateur web tel que Firefox. En effet, une interface web est disponible via la fenêtre de configuration. On peut alors après quelques manipulations accéder à distances au contrôle de ses téléchargements en toute sécurité.

Pour activer et configurer, l’interface web de Transmission, on va dans Editer > Préférences puis onglet Web. On a alors quelques cases à cocher et champs à remplir pour pouvoir sécuriser et utiliser cette interface.

Avec Enable web Interface, on active l’interface, le bouton Ouvrir se situant à côté permet simplement de se rendre sur celle-ci. Par défaut, le port d’écoute est le 9091, on entrera donc dans la barre d’adresse du navigateur http://127.0.0.1:9091 pour contrôler notre client torrent. Il est en plus possible de contrôler l’accès en le verrouillant à l’aide d’un nom d’utilisateur ainsi que d’un mot de passe.

Pour d’avantage de sécurité, on peut autoriser et/ou bloquer certaines adresses IP pour limiter les connexions à des ordinateurs clairement identifiés ou bien leur refuser l’accès.


Une fois que tout est configuré, on peut alors se rendre sur l’interface via son navigateur web favoris et contrôler Transmission de la même manière (plus limitée quand même hein…) qu’avec l’interface GTK que l’on a sur le bureau.

   

Wednesday 1 October 2008

Statistiques du mois de septembre 2008

Une petit bilan sur le mois de septembre après ces 5 mois de blogging.

Continue reading...